Notre vision

La philosophie

Une vie, un choix, une œuvre

La réalisation du projet de Jardins d’Afrique est d’abord l’affaire d’un homme, Gora NDIAYE, qui a voulu transmettre ses connaissances acquises durant trente années d’expérience dans l’appui au développement.
Disciple d’Amadou Hampaté Bâ, de Cheikh Anta Diop et de René Dumont, Gora NDIAYE est professeur d’histoire et géographie, autodidacte en agriculture,  inspiré par Hugues Dupriez et Marc Dufumier, il a toujours été convaincu qu’il faut trouver le chemin du développement africain dans le monde rural.

L’action

Le développement rural

Gora NDIAYE s’est lui-même attelé à la promotion du monde rural. En fondant l’association Jardins d’Afrique, il s’est attaché le soutien de divers acteurs sociaux-économiques, politiques et financiers. L’association a alors pu réaliser différents projets, tels que les jardins scolaires agro-écologiques, le reboisement en cocotiers de quartiers de M’Bour et sur le littoral de la Petite côte, au Sénégal, ainsi que le projet de ré-intégration du cocotier dans les écosystèmes de 9 sites du Siné-Saloum. 
Par ailleurs, l’association Jardins d’Afrique a participé de manière très active au diagnostic et à l’élaboration du Plan Local de Développement de la Communauté rurale de Fimela.

Ces actions concrètes ont conduit au lancement du projet ambitieux de la ferme école agro-écologique de Kaydara,
combinant les principaux objectifs identifiés dès le départ en faveur du développement rural :

ENVIRONNEMENT

La protection de l’environnement par le reboisement, la protection de la biodiversité végétale et animale.

AGRO-ECOLOGIE

Les pratiques écologiques d’agriculture, d’élevage, de sources d’énergies renouvelables.

EMPLOI

La promotion de l’emploi des jeunes par l’appui à l’installation d’entrepreneurs ruraux.

SOUVERAINETE ALIMENTAIRE

Promotion de l’agriculture familiale.

La démonstration par l’exemple

Un modèle agro-écologique reproductible

La ferme école est un site d’expérimentation et d’adaptation de pratiques agro-écologiques pour les régions du sahel, mais elle constitue surtout un modèle d’exploitation agricole viable et respectueuse de l’environnement. C’est un lieu de formation qui permet aux élèves en fin de cursus d’être accompagnés dans leur installation et dans leur rôle d’ambassadeur des pratiques agro-écologiques.

Les élus locaux, M Karim Sene – Maire de Fimela (à gauche sur la photo), les conseillers municipaux et les chefs de villages, sont engagés dans le programme de Renforcement de la Sécurité alimentaire dans le pays et appuient la ferme de Kaydara dans sa mission  de formation d’agriculteurs aux pratiques agro-écologiques, ainsi que dans l’installation des fermettes des jeunes entrepreneurs ruraux.